Après avoir évoqué le béaba du crowdfunding voici le témoignage exclusif sur le projet “Le pain de Laurent L’Hénaff”, chef cuisinier à domicile mais passionné de pain depuis toujours. L’objectif de Laurent est de commercialiser un pain de qualité en ouvrant son propre fournil où il pourra façonner et cuire du pain au levain, en utilisant essentiellement des farines issues de l’agriculture biologique ainsi que des blés anciens.

En toute sympathie, Laurent a répondu à quelques questions afin de retracer ensemble son parcours de porteur de projet :

 

Pourquoi tu t’es tourné vers le financement participatif ? Et dans quelle mesure comptais-tu dessus ? nding ?

Quelques personnes de mon entourage s’étaient prêtées à l’essai sur des plateformes de financement participatif telles que KisskissBanbank, j’ai eu envi d’essayer à mon tour. J’avais besoin d’aide pour investir dans le matériel nécessaire à l’ouverture de mon fournil, notamment dans le four en priorité.

 

Quelles portes le crowdfunding t’as ouvert ?

En réussissant ma collecte, j’ai récolté la sommes de 13 186€ pour un objectif de 12 500€. Le crowdfunding va m’aider à compléter mon apport personnel et ainsi réduire mon emprunt bancaire !

 

Combien de temps as-tu passé à préparer et à faire vivre ta campagne ?

Environ deux semaines, la plateforme m’a mis en contact avec un chef de projet afin qu’il m’aide à la rédaction et à la communication de mon projet. Il fallait modifier le texte, le rendre attrayant avec les infos nécessaires, sans être trop lourd non plus, c’est tout un art !

 

Quelles étaient les principales difficultés ?

La communication ! Il fallait sans cesse relancer et varier la communication autour de mon projet afin de trouver de nouveaux investisseurs. Mais la durée était aussi une contrainte, j’ai choisi une campagne courte d’environ 30 jours, il n’y avait pas un moment où je n’y pensais pas, j’étais vraiment très stressé tout au long de ma campagne ! J’étais un peu frustré également d’avoir peu de contributeurs hors entourage, malgré mes efforts, ce n’est pas facile de s’élargir au “cercle 3”, c’est à dire à des personnes que je ne connais pas.

 

Et les moments les plus réjouissants ?

Mis à part l’objectif accompli de ma collecte, c’est le moment où j’ai eu mon premier KissBankers (investisseur). J’ai aussi beaucoup apprécié l’intérêt que certaines personnes ont démontré pour mon projet. On ne va pas se le cacher, c’est toujours très plaisant de lire des articles positifs sur soi. De même pour ceux qui partageaient mes contenus, qui me soutenaient !

 

Tu as eu recours au financement en dons ou essentiellement par contreparties ?

Principalement en contrepartie même si environ 15 personnes m’ont fait un don ! J’ai ressenti que la contrepartie était importante pour recueillir des sommes d’argent. Par exemple lorsque j’ai élargi l’envoi des contreparties à toute la France, j’ai eu beaucoup plus de donateurs.

 

Est-ce qu’une personne, un groupe ou encore une entreprise t’a démontré plus d’engagement ?

J’ai eu une proposition mais j’ai décliné, elle ne m’intéressait pas. J’ai essayé de faire venir des gros donateurs, mais sans retour. Les personnes qui contribuaient étaient plus de mon entourage, des connaissances, des amis d’amis etc…

 

Tu as quand même quelques contacts avec les multiples personnes t’ayant soutenu ?

Des personnes que j’ai rencontré en co-voit et avec qui j’ai discuté de mon projet m’ont soutenu par la suite, j’ai trouvé ça très sympa !

 

Où en es-tu actuellement dans ton projet ?

J’ai trouvé mon local, je termine mes derniers devis et je vais entamer la tournée des banques pour faire un prêt afin de m’aider à financer mon projet. Je dois en trouver une qui accepte de soutenir un projet peu commun, dont ils ne connaissent pas les risques.

 

As-tu des conseils pour des futurs porteurs de projets qui se lanceront via le crowdfunding ?

Commencer la campagne avant de commencer la campagne ! C’est à dire qu’il est préférable de contacter en amont tout son entourage, de communiquer autour de son projet, d’établir une bonne stratégie de communication via les réseaux sociaux, varier les sujets etc… Il faut vraiment éviter de se retrouver dans le stress et la précipitation.